PEYRON (J. F. P.)


PEYRON (J. F. P.)
PEYRON (J. F. P.)

PEYRON JEAN FRANÇOIS PIERRE (1744-1814)

La réputation et le génie de David ont précipité dans des ténèbres, à peine dissipées aujourd’hui par la curiosité des historiens d’art, plusieurs peintres français, relevant du néo-classicisme; Peyron est l’un d’eux. «Il m’a ouvert les yeux», devait pourtant dire David de celui qui, en 1773, obtint contre lui le prix de Rome et put passer pour un des grands maîtres de la nouvelle école, de celui avec lequel on ne cessera de le comparer et de l’opposer, d’autant plus que leurs sujets furent souvent les mêmes et, qui plus est, exposés aux mêmes Salons. Il faut ajouter pour souligner la différence qui existe entre les deux peintres, que la Révolution ne fut pas favorable à Peyron qui y perdit ses protecteurs et son poste d’inspecteur des Gobelins; il reste en fait, malgré quelques commandes officielles, à l’écart de la vie artistique. La conjoncture politique aida, peut-être trop brutalement, à rétablir la hiérarchie des talents, autant qu’elle favorisa les davidiens. Si, par rapport à David, l’antériorité de Peyron dans les voies du retour à l’antique n’est pas niable, il est plus intéressant pour nous de comprendre ce qui lui reste propre et l’éloigne de l’art de son rival: un goût, pourrait-on dire, du clair-obscur et de la couleur dense, un soin du détail et un métier lisse qui pouvaient sembler un peu appliqués et faibles à côté de l’héroïsme et de la simplicité davidienne, mais qui aujourd’hui séduisent par une qualité presque hollandaise du rendu.

Les Funérailles de Miltiade (1782, Louvre, autre version à Guéret, dessins à Alençon) et surtout La Mort d’Alceste (1785, Louvre), peut-être le chef-d’œuvre du peintre, ne permettent pas de douter de ses dons. Si la composition frontale du Miltiade est toute classique, la lumière, en faisant ressortir les bras de ceux qui emportent le cadavre du père et en tombant sur le fils qui prend sa place dans la prison, ne peut que faire penser au caravagisme raffiné d’un Orazio Gentileschi. Dans La Mort d’Alceste , le jeu précieux des draperies qui relient les personnages dans un net triangle a une perfection presque irréaliste, tandis que les éclatantes et larges surfaces colorées ont une intense valeur lyrique.

Voilà sans doute le talent de Peyron. On peut certes trouver que son Bélisaire recevant l’hospitalité d’un paysan (Toulon, 1785, version à Montauban) est plus descriptif, moins dense que le Bélisaire de David (Lille). Mais on ne peut pas ne pas être sensible à l’étrangeté de l’Agar et Ismaël de Nancy, qui a la séduction d’un Pier Francisco Mola. Peyron illustre une des tentations du néo-classicisme: retrouver, par la perfection et le fini du métier, la poésie du réalisme hollandais et prendre ses exemples dans l’art des grands Romains du XVIIe siècle, autre manière, moins archéologique mais tout aussi prenante, de renouveler le goût commun du retour à l’antique et au classicisme.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Peyron — ist der Familienname folgender Personen: Bruno Peyron (* 1955), französischer Segler Loïck Peyron (* 1959), französischer Segler Diese Seite ist eine Begriffsklärung zur Unterscheidung mehrerer mit demselben Wort bezeichnete …   Deutsch Wikipedia

  • Peyron — Peyron, Amadeo, geb. 1785 in Turin, Professor der Orientalischen Sprachen am Athenäum u. Secretär der Akademie zu Turm, wurde 1848 Mitglied des Senates; er ist bes. verdient um die Koptische Sprache u. die Altägyptische Literatur u. gab heraus:… …   Pierer's Universal-Lexikon

  • Peyron — (spr. pāróng), Vittore Amadeo, ital. Sprachforscher, geb. 2. Okt. 1785 in Turin, gest. daselbst 27. April 1870, wurde Professor der orientalischen Sprachen am Athenäum und Sekretär der Akademie daselbst und machte sich besonders um die koptische… …   Meyers Großes Konversations-Lexikon

  • Peyron — Peyron, Amadeo, geb. 1785 zu Turin, Professor der orientalischen Sprachen an der dortigen Universität, besonders bekannt durch eine Grammatik und ein Lexikon der koptischen Sprache …   Herders Conversations-Lexikon

  • Peyron — Nom très répandu dans la Loire et la Haute Loire, ainsi que dans l Isère. Il s agit dans la plupart des cas d un diminutif du prénom Pierre (le suffixe on est très utilisé dans le Forez). On peut aussi penser à un toponyme évoquant un rocher …   Noms de famille

  • Peyron — Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom. Le patronyme de Peyron est porté par : Sommaire 1 Artistes 2 Militaires …   Wikipédia en Français

  • Peyron, Bruno — ▪ 1994       In 1872 the fictional Phileas Fogg traveled Around the World in Eighty Days by train, boat, and elephant. In 1993, more than a century after French author Jules Verne penned that adventure, French yachtsman Bruno Peyron and his four… …   Universalium

  • Elie Peyron — Élie Peyron Elie Scipion Peyron, avocat célèbre et homme politique français Elie Scipion Peyron (né le 21 décembre 1857 à Nîmes et mort à Crest le 25 juin 1941) est un homme politique français, avocat à la cour d appel de Nimes, conseiller gén …   Wikipédia en Français

  • Élie Peyron — Elie Scipion Peyron, avocat célèbre et homme politique français Elie Scipion Peyron (né le 21 décembre 1857 à Nîmes et mort à Crest le 25 juin 1941) est un homme politique français, avocat à la cour d appel de Nimes, conseiller général du Gard et …   Wikipédia en Français

  • Loïck Peyron — Pour les articles homonymes, voir Peyron. Loïck Peyron …   Wikipédia en Français